Coucou tout le monde !

Il y a quelques semaines maintenant, j’avais écrit un article sur un livre de Jean-Claude Mourlevat (Le chagrin du roi mort).

Je vous propose donc aujourd’hui, de voir un autre livre du même auteur et si vous n’êtes pas content et bien ça m’est égal parce que moi, j’adore Mourlevat ! Il s’intitule La rivière à l’envers…

Résumé :

Tomek tient l’épicerie de son village, celle où l’on peut tout trouver. Mais un soir, une jeune fille lui demande de l’eau de la rivière Qjar. Il va alors commencer un périple pour trouver cette eau qu’il ne connaît pas et aussi cette fille disparue subitement après sa visite.

Déjà, rien que le titre fait réagir: la rivière à l’envers ! C’est un titre qui attire le regard, qui questionne et puis, quand on a ouvert la première page, on ne décroche plus. Le livre est rempli d’un univers fantastique, un peu comme au temps des indiens, avec la nature et les légendes pour compagnie. Cet homme, Tomek, n’a que 13 ans quand il commence son long voyage et cela dégage une certaine témérité et une ignorance qui va lui faire découvrir un bout de pays qu’il avait rêvé de voir, accoudé à son petit comptoir.

L’histoire que voici se passe en un temps où l’on avait pas encore inventé le confort moderne. Les jeux télévisés n’existaient pas, ni les voitures avec airbags, ni les magasins à grande surface. On ne connaissait même pas les téléphones portables ! Mais il y avait déjà les arcs-en-ciel après la pluie, la confiture d’abricot avec des amandes dedans, les bains de minuit improvisés, enfin toutes ces choses qu’on continue à apprécier de nos jours. Il y avait aussi, hélas, les chagrins d’amour et le rhume des foins contre lesquels on n’a toujours rien trouvé de vraiment efficace. Bref, c’était…autrefois.  Prologue de La rivière à l’envers

J’aime beaucoup ce prologue car il résume parfaitement l’ambiance du bouquin, un peu comme les choses simples de la vie qui resteront à jamais, c’est beau et plein de sens.

Une dernière chose que j’ai apprécié dans cette histoire,  ce sont les rebondissements et le suspense. Les livres de Mourlevat font souvent (je trouve) très enfantins et pourtant, ils cachent de très beaux messages. Parfois, je n’arrive même pas à trouver le véritable sens des histoires car il nous embarque dans des mondes que seul lui maîtrise parfaitement !

A découvrir absolument ! Le tome 2 parle du voyage de la jeune fille.

Maëlys

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s